Brève synthèse de l’allocution de Mgr BRAIN UDAIGWE, à l’occasion de l’ouverture de notre colloque du jubilé d’or

Chers participants de ce colloque
Nous sommes au  grand rendez-vous de la foi et de la raison et dans ce Grand Séminaire Saint Paul de Djimé, qui célèbre son Jubilé d’or. Le  jubilé  s’origine au XIIIéme siécle avec le pape Boniface VIII, et a toujours été un cadre de fête et de réflexion. La réflexion  menée dans le cadre de ce jubilé dans cette maison de formation est la confrontation de la formation sacerdotale aux enjeux contemporains. La tâche de discernement de ce colloque s’organise autour d’un thème d’actualité qui établit le lien entre la Famille et le Séminaire. La maturation du sujet à laquelle s’attelle la formation au sacerdoce, s’éclaire à la lumière de la progression de la philosophie en général et de la philosophie chrétienne en particulier. La nouveauté de la philosophie chrétienne intègre en effet la formation et la maturation humaine. Cette maturation vient de l’effort conjugué de la vie familiale et de la vie au séminaire comme le démontre le Pape Jean-Paul II dans “Ma vocation, Don et mystère” et comme la Congrégation pour l’Éducation Catholique en relève les enjeux. Le foyer de prolongement de la formation reçue en famille que représente le séminaire peut cependant devenir un lieu de massification et de destruction de l’éducation familiale. Face aux défis contemporains tels les enjeux des Nouvelles Technologies de l’Information, il est urgent qu’au séminaire, le prêtre se soit laissé former à un équilibre total. Le thème de ce colloque répond ainsi aux appels de la Constitution Pastorale sur l’Eglise dans le monde contemporain. D’ou une exhortation aux grands séminaristes présents à ce colloque sur le chemin de la maturité humaine, affective, libre et équilibrée face aux enjeux de ce monde contemporain.