Homélie du mardi 14 avril 2015 (retour des congés de Pâques)

Chers frères et sœurs,

Chers amis bonjours !

            Au début de ce troisième trimestre, le dernier de l’année académique, Jésus-Christ, mort et ressuscité, nous fait un clin d’œil en nous invitant à naître de nouveau : « Il vous faut renaître » (Jn 3, 7), dit le Seigneur clairement dans l’évangile que nous venons d’entendre. Il nous faut renaître, autrement dit, une nouvelle vie est nécessaire pour notre sanctification ; une nouvelle vie est nécessaire pour nous faire entrer dans la Vie Eternelle. C’est dire que notre vie de séminaristes, de prêtres et de religieuses, nos activités, nos distractions, notre vie de piété et tout ce que nous entreprenons doivent être transformés par l’action de Dieu qui est à l’œuvre dans chacune de nos vies. Tout, de part en part, doit être imprégné par l’Esprit de Dieu. Rien, chers amis, absolument rien, ne doit rester en dehors du renouvellement que Dieu opère ou bien que Dieu veut opérer en nous par son Esprit. La nouvelle naissance dont il s’agit est donc une transformation radicale de notre être, un changement de vie, une conversion. Et celui qui donne la force, la grâce de naître de nouveau, c’est Jésus-Christ, lui qui est mort et ressuscité pour nous.

            La vie nouvelle à laquelle nous sommes invités, chers amis, eh bien ! Cette vie nouvelle est radicalement différente de celle de la chair : elle est un don de l’Esprit ; la fraternité, l’amitié sincère, le partage avec les autres, l’harmonie, la confiance mutuelle, la paix, etc., constituent les effets et les fruits de cette vie nouvelle. Les Actes des Apôtres, dans la première lecture de ce jour, décrivent bien ces effets quand ils nous rapportent que la multitude des croyants avait un seul cœur et une seule âme. Leur rencontre avec le Ressuscité a totalement changé leur vie ; ils mènent désormais une vie nouvelle. Ils comprennent qu’ils sont appelés à devenir une communauté de partage, une communauté de prière et de découverte de Dieu. C’est cela, chers amis, la vie nouvelle dont nous avons besoin en tant que prêtres, religieuses et séminaristes. Il s’agit pour nous concrètement aujourd’hui et tout au long de ce trimestre de créer ou bien de chercher à créer des formes de fraternité et de solidarité concrète et agissante, en évitant toute sorte de groupe fermé, toute sorte de double vie, puisque la vraie fraternité consiste à être ouverts, francs les uns envers les autres et être en mesure de dire la vérité à son voisin. Laissons-nous donc embraser par l’Esprit de Dieu qui nous renouvelle et sachons écouter cet Esprit pour mettre en œuvre ses inspirations pour que chacun de nous soit un bon séminariste qui irradie la lumière du Christ Ressuscité. C’est alors que nous terminerons ce trimestre dans la paix et en beauté.

            Que le Christ ressuscité nous accompagne et transforme notre vie en une vie nouvelle ! Amen !

Père Jean-Baptiste TOGNIZIN